Student Spotlight : Dana Boulé, We All Need To Calm Down

“(…) no matter what mood or shape I am, I always feel better both mentally and physically after my practice. I make better choices when I keep a consistent practice.”

Photo: Dana Boulé

Photo: Dana Boulé

(Français ci-dessous)

Very excited to introduce you to Dana Boulé, a yogi and musician who traded New York for Paris, and punk rock for yoga. Dana has combined her love of these two practices to create something very cool (and downloadable !): an album that follows the contours of a typical 90-minute yoga class with melodies and rhythms that pulse with different influences and support your asana, sustain your breathing and inspire your movements.

••• ••• •••

What’s your « yoga story »?

I moved to Paris seven years ago from New York where I was a music supervisor for a large corporation, sang and toured in punk bands and studied Kung Fu. When I arrived in Paris, I found a traditional Savate school (French kickboxing) and studied there for a year. I wanted to have baby but I suffered through two miscarriages and it was at this low point in my life that I realized I needed something other than combat disciplines to help me. So I literally Googled “Yoga in Paris France” and found Ashtanga Yoga Paris. I knew nothing about yoga except some vague notion that it was “calming”. I attended an open house and liked the teachers Gérald Disse and Linda Munro. I really fell in love with the practice immediately as it reconnected my mind/body/spirit and I went on to have a successful pregnancy shortly thereafter.

How long have you been doing yoga?

Six years with a break in the middle after having my son.

What style of yoga do you practice?

I practice Ashtanga but lately I have been adding Yin Yoga.

“I finally decided to just go for it and make a 90-minute album. I wanted it to follow the arc of a yoga class but also be usable in everyday life, a mixtape for mindfulness.”

How did you start writing music for yoga?

I am part of a meditative folk duo formed in Paris called The Resident Cards. My teacher Linda is a fan of the band and asked if I ever considered doing music for yoga. My initial reaction was no, not really. I had a very preconceived and judgemental notion about yoga or New Age music being cheesy, the same corny keyboard sounds over and over. But the idea of doing a yoga album in my own style kept nagging at me and I finally decided to just go for it and make a 90-minute album. I wanted it to follow the arc of a yoga class but also be usable in everyday life, a mixtape for mindfulness. It took about a year to write and record with eight musicians along the way. The result is We All Need To Calm Down. I’m now in the New Age section on iTunes and that makes me smile!

How has Paris influenced your music and your yoga practice?

I associate Paris with yoga and becoming a calmer and less hectic person. My New York life was loud, frantic and full of angst and hyperactivity. I came to Paris with this kind of energy exploding out of me but it was here that I found it just wasn’t working for me anymore, especially trying to become a mother. The slower pace, the beauty and the secret passageways of Paris got into my psyche and slowed me down. I tried to find punk musicians when I arrived here but instead I found a lot of folk, jazz, world and classical musicians. And so I listened, I calmed down and made a folk album while I was pregnant. The eight musicians who worked with me on We All Need To Calm Down came to me by chance from various parts of the world like Chile, Israel, U.S. and France. I met them all in Paris and they each have the same wandering spirit that I share so we tried to put that feeling into the album.

Photo: Dana Boulé

Photo: Dana Boulé

Favorite pose? Not so favorite pose?

By far, I love Virabhadrasana B (Warrior Pose). It really does make me feel aligned and strong. My least favorite pose is Straddle in Yin Yoga. It makes me feel so open and vulnerable and I’m still trying to work out why I cry every time in this pose! It seems to challenge me on a really deep level.

Besides the physical benefits, what additional effects (if any) has yoga had on your life?

Yoga has helped to make me less manic in every way. When I go back and visit New York now, the pace of my old lifestyle there overwhelms me. While I love my visits, I’m always glad to get back home to Paris now.

What is it about yoga that keeps you coming back?

That no matter what mood or shape I am, I always feel better both mentally and physically after my practice. I make better choices when I keep a consistent practice.

What’s your favorite post-yoga class treat? Any special addresses or recipes you’d like to share?

After Mysore, I like to get a fresh squeezed pineapple/mango/orange/mint juice from the Marché Popincourt in the 11eme. I tend to go to Mysore yoga on Tuesdays or Fridays when the market is open so I can get the juice afterwards. And of course a fresh baguette. :)

••• ••• •••

Très contente de pouvoir vous présenter Dana Boulé, yogi et musicienne qui a échangé New York pour Paris, et le punk pour le yoga. Dana a mélangé son amour pour ces deux pratiques pour créer quelque chose de très cool (et de téléchargeable !) : un album qui trace les contours d’un cours typique de yoga de 90 minutes avec des mélodies et des rythmes qui donnent impulsion à vos asanas, qui soutiennent votre respiration et qui inspirent vos mouvements. 

C’est quoi ton « histoire yoga » ?

Il y a sept and, j’ai débarqué à Paris de New York où j’étais superviseur musical pour une grand boîte, je chantais et tournais avec des groupes punk et j’étudiais le King Fu. Quand je suis arrivée à Paris, j’ai trouvé une école traditionnelle de Savate (le kickboxing français) et j’y ai passé un an. Je voulais avoir un enfant mais j’ai fait deux fausse-couches et c’était à ce moment là, le fond du baril, que je me suis rendue compte que j’avais besoin d’autre chose que les disciplines de combat pour m’aider. Alors j’ai littéralement Googler “Yoga à Paris France” et trouvé Ashtanga Yoga Paris. Je ne connaissais rien au yoga sauf que j’avais une notion vague que ça calmait. Je suis allée aux Portes Ouvertes et j’ai aimé les professeurs Gérald Disse et Linda Munro. Je suis tombée instantanément amoureuse de la pratique qui m’a reconnecté à mon esprit/mon corps/mon âme et peu de temps après, j’ai vécu une grossesse réussie.

Depuis combien de temps fais-tu du yoga ?

Six ans avec une petite pause au milieu après la naissance de mon fils.

Tu pratiques quel style de yoga ?

Je pratique l’Ashtanga mais ces jours-ci j’ajoute du Yin Yoga.

Quand as-tu commencé à écrire de la musique pour le yoga ?

Je fais partie d’un groupe de folk meditatif que j’ai formé à Paris qui s’appelle The Resident Cards. Mon prof Linda est fan du groupe et m’a demandé si je n’avais jamais envisager de faire de la musique pour le yoga. A première vue, non, pas vraiment. J’avais des idées reçues et des préjugés autour du yoga et de la musique « New Age » un peu minable, les mêmes sons ringards et inlassables de clavier. Mais l’idée de faire un album yoga dans mon style à moi me turlupiner et finalement j’ai décidé de foncer et de faire un album de 90 minutes. Je voulais qu’il suive l’arc d’un cours de yoga mais qu’il fonctionne aussi dans notre vie de tous les jours, un “mixtape for mindfulness” (mixtape pour la pleine conscience.) Ça m’a pris presque un an pour écrire et enregistrer avec le long du chemin huit musiciens. Le résultat s’appelle We All Need To Calm Down. Je suis maintenant classée dans la section New Age sur iTunes, ce qui me fait sourire !

Comment Paris a-t’elle influencée ta musique et ta pratique du yoga ?

J’associe Paris au yoga et au fait que je deviens une personne calme et moins chaotique. Ma vie à New York était bruyante, frénétique, pleine d’angoisse et de d’hyperactivité. Je suis venue à Paris avec cette énergie qui explosait de moi mais c’est ici que j’ai trouvé que ça ne m’allais plus, surtout en tant que quelqu’un qui voulait devenir mère. Le rythme plus lent, la beauté et les passages secrets de Paris s’ont entrés dans ma psyché et m’a fait rallentir. J’ai essayé de trouver des musiciens punk quand je suis arrivée mais au lieu de ça, j’ai trouvé beaucoup de musiciens de folk, de jazz, de musique du monde et de classique. Alors j’ai écouté, je me suis calmée et j’ai fait un album de folk pendant que j’étais enceinte. Les huit musiciens avec qui j’ai travaillé sur We All Need To Calm Down, je les ai croisés au hasard, ils viennent des quatres coins du monde comme le Chile, l’Israël, les Etats-Unis et la France. Je les ai tous rencontré à Paris, et nous partageons tous le même esprit vagabond. Nous avons essayé de même ce feeling dans l’album.

Posture préférée ? Pas tellement ?

De toutes les postures, j’adore Virabhadrasana B (Guerrier II.) Je me sens alignée et forte. Celle que j’aime le moins est Upavista pendant les cours de Yin yoga. Je me sens très ouverte et vulnerable et je suis toujours en train de comprendre pourquoi je pleure à chaque coup dans cette posture ! Elle represente pour moi un challenge à un niveau profond.

A part les bénéfices physiques, quels autre bénéfices le yoga a-t’il sur ta vie ?

Le yoga m’a aidé à être moins maniaque dans tous les sens possibles. Quand je retourne à NewYork, le rythme de mon ancienne vie m’accable. Même si j’adore mes visites, je suis toujours contente de rentrer à Paris.

Le yoga, tu ne peux plus t’en passer ?

N’importe mon état d’humeur ou ma forme, je me sens toujours mieux après ma pratique, tant sur le plan mental que physique. Avec ma pratique est regulière, je prends de meilleures décisions.

Ta friandise préférée après un cours de yoga ? Des adresses à partager ?

Après le Mysore, j’aime prendre un jus pressé ananas/mangue/orange/menthe au Marché Popincourt dans le 11e. D’habitude je vais au cours de Mysore les mardis ou les vendredis quand le marché est ouvert pour qu’après je puisse me gâter avec un jus. Et bien sûr, une baguette bien fraîche. :)